Une aventure dans le froid!

2016 les balbutiements de nos voyages en vélos.
Nous sommes en mai et un dictons nous dit:
          « en mai fait ce qui te plait »
Alors nous ce qui nous plait c’est de partir  quelques jours avec nos vélos.
Remonter la Sarre par l’Alsace bossu retrouver la Moselle en Allemagne et le Rhin à Koblenz.
Nous fixons notre départ pour la première semaine de mai.
Le jour du départ, il ne fait pas chaud mais nous ne sommes pas des chochottes!!


C’est prévu! C’est prévu! On part!
Depuis chez nous, nous gravissons le col du Donon,  peu avant le sommet il neige un peu!


Peu après le sommet il neige beaucoup!!

les lunettes de soleil c’était une pub pour notre opticien


Mais ce n’est pas quelques flocons qui vont arrêter des dures a cuire!
La descente, température extérieure:

4,3 °


Vous imaginez la température ressentie!

Il fait tellement froid que les photos sont floues!!
Une chapelle, des bougies sont allumées, Laetitia qui a le syndrome de Raynaud tente de réchauffer ses doigts au dessus des bougies


Nous sommes forts et résistants ,donc nous continuons.
L’heure du bivouac, blottît dans les duvets attendant que chauffe la soupe, la neige glisse sur le double toit.


Le lendemain nous continuons, passons Sarrebourg, bien emmitouflés  une pause café pour tenter de réchauffer les organismes.


Je ne vous raconte pas de blague nous sommes bien au printemps!!


Et voici la pluie, pas une petite pluie fine; non une belle pluie, avec des grosses gouttes dans lesquelles se cachent un peu de neige.🌧🌨🌪
Une pluie battante mais vaille qui vaille en avant!!
Avec notre équipement de néophyte l’eau et le froid s’insinue partout. Dans les villages pas la moindre âme qui vive; pour demander un abri, mais qui voudrait sortir par un temps pareil…..🤔
Impossible de monter la tente sous un tel déluge.
Sarralbe, un hôtel ouvert aucune hésitation nous nous réfugions
Une chambre qui va vite devenir une étuve avec le chauffage à fond et nos affaires trempées.

Un repas gargantuesque pris au restaurant nous fait oublier ce qui se passe dehors.🍗🍟🍰🍻
Le lendemain ragaillardis nous méprisons les 5 degrés Celsius affichés sur nos compteurs.
Nous repartons entre Sarre et canal de la Sarre.
Nos mains deviennent des glaçons, nos pieds se prennent pour des iceberg ❄, nos oreilles vont bientôt tombées et des frissons nous parcours allègrement l’échine ☃️.
Sarreguemines, nous sommes transit, poser le pied sur la pédale devient douloureux.
Nous prenons la décision et jetons l’éponge, KO 🥊debout par le froid.😪
Direction la gare il y a des trains pour Strasbourg où nous pourrons nous réfugier chez mon fils.
La SNCF…en grève !😂
Il n’y a qu’un train pour Strasbourg dans 10 minutes! Ouf!!

Nous ne cherchons pas et nous y engouffrons!


A Strasbourg une après midi et une nuit suffiront pour réchauffer nos corps transit.😨
Le lendemain les températures ne se sont pas améliorées nous sommes à 70 km de chez nous et il faut bien rentrer en vélo  avec le passage d’un col où la neige nous fera une haie d’honneur.


Voilà une sortie mémorable dont nous nous amusons aujourd’hui😂
Quelques jours plus tard nous étions dans un magasin spécialisé pour améliorer notre équipement.
Une belle leçon, ne soyons pas plus malin et plus fort que la nature.
Quand on veut pratiquer un sport plein air on s’équipe correctement car on n’est jamais à l’abri des caprices de dame météo.
Cela me fait penser à toutes ces personnes qui été comme hiver sont obligés de se faire secourir dans les Vosges car mal équipé considérant cette montagne comme une vulgaire montagne à vaches sans danger.
Et bien elle en réserve de belles vacheries!!!
Je terminerais par ce dictons
« Il faut être pris pour être appris ».
Et si la mode en vélo est de rouler ultra léger, nous on préfère avoir des sacoches bien garnies mais ne plus jeter l’éponge ou encore moins être dans l’obligation de s’en remettre au secours, comme nous avons pu en croiser.🚑

PS Avec regret et pour une raison qui me dépasse les video sont visible depuis un ordinateur mais pas depuis le portable.😪