La Nationale 2: Vila Real/ Peso da Rega Etape 2

Voici 64 kilometres d’effectué et nous sommes à Vila Real, cette ville à la particularité d’être située sur un promontoire dominant

les gorges des rivières Corgo et Cabril. Leur confluence se faisant au pied de la ville.

Elle est entourée par trois massifs montagneux dépassant chacun les 1000 mètres d’altitude.

Cette situation particulière créée un environement de verdure, les premières maisons lors de la fondation de la ville furent construite sur le flanc du canyon

avec des terrasses pour la culture.

Un réseau de passerelles et d’étroit passages

permet de descendre sur le bord de la rivière Corgo qui fut canalisée pour uilisation de la force de l’eau.

Les couleurs de l’automne

et cette union de la nature, de vieux quartiers et de ville moderne laisse songeur…

Quand au centre ville en pleine réfection nous y retiendrons les trottoirs aux pavages typiquement Portugais

et la maison du XVI ème siècle qui abrite l’office du tourisme avec des fenêtres manuelines.

Nous continuons notre route et à l’approche du Douro les paysages viticoles, comme cet été, nous laissent sans voix.

Le pont moderne arrive à bien s’integrer dans le milieu.

Malgre le temps maussade ces pentes abruptes flanquées de rangés de vignes ne peut laisser qu’en admiration devant l’oeuvre centenaire de l’homme.

L’avantage dans notre mode de vie c’est que l’on se trouve de superbe cuisine et salle à manger !!!

Difficile de parcourir ces vignobles de passer de nombreuses  » quinta  » sans s’arrêter.

Le covid nous punira car en cette periode de pandémie pas de dégustation 😪 , mais la vente est autorisée 😊les couleurs des vignes nous ferons oublier cette frustration.

Nous suivrons les conseils de la responsable du caveau et l’on peut dire qu’au niveau du Porto c’est extraordinaire.

Nous voici à Peso da Regua, nous allons nous poser ici et profiter de la clémence du temps pour effectuer une sortie vélo,

celle ci se terminera plus vite que prévue, une grille au milieu de la route stop net mon vélo et j’effectue un beau salto!!

Reception sur le poignet!

Aïe! Mais j’ai encore les os bien dur je m’en sort avec un pneu crevé et un bel hématome.

Le Porto va participer au rétablissement!!!

C’est idiot; 21 000km en vélo pas une chute et là 7km…enfin dans cette période il y a pire.

Nous retrouvons le Douro par un temps pluvieux et gris,

Nous allons resté quelques jours sur un parking car pour deux raisons:

-laisser passer un passage pluvieux

-profitez de l’électricité du lieu pour bien faire tourner le frigo et avoir de la glace pour calmer l’hematome de ma main.

Nous en profiterons pour quelques sorties entre les averses.

et vous faire profiter de quelques points de vue tel que ce pont qui se reflète dans le Douro ou cette sculpture représentant les bateaux typiques.

Les rabelos servaient à descendre le vin à Porto avant d’etre vieillit dans les caves pour devenir ce breuvage goulayant qui rechauffe veines et artères….

Apres quelques footing pour maintenir la forme ( une douleur à la main n’empêche pas de courir) il faut bien se reconstituer et nous retrouvons les plats gargantuesques et délicieux des restaurants Portugais.

Ici une francesinha et un dessert moelleux accompagné d’un vin du Douro.

Demain mardi le beau temps revient nous repartons pour continuer la découverte de la Nationale 2!