Parises et son PR 2

La région de l’Algarve est connue pour ces belle plages de sable ou encore ses côtes découpées avec falaises et goufres, moins connu son arrière pays.
Après notre escapade du nouvel an en bord de mer nous tournons le dos à celle-ci pour poursuivre notre découverte de cette Algarve plus cachée, sauvage et peut être plus vrai, ses petites serra

culminant en moyenne à 500 mètres ( le sommet de l’Algarve étant Monchique à 900 mètres ) et de nombreux villages très typiques.


Et oui les fleurs vont souffrir en cette periode de tempête polaire « Filomena » qui provoque de temps à autres des gelées blanches.


Du jamais vu ici dans le sud Portugal, les températures moyennes en hiver sont environ de 10 degrés.

Les Portugais ne savent plus à quel saint se vouer pour se réchauffer.
Pour ceux qui ne connaissent pas cette région, il faut s’imaginer que dans de nombreux lieux privés ou public il n’y a pas de chauffage d’installer. Les Portugais se ruent sur tout style de chauffage d’appoint.
Nous aussi nous aimerions des températures plus clémentes; les jours où le soleil brille dans un ciel azur, il réchauffe non seulement notre coeur mais très rapidement l’atmosphère de quelques degrés. Proche de zéro degrés le matin, ça dépasse les 20° dans la journée pour redescendre rapidement vers 16hoo.


Nous en profitons pour gravir un miradouro ( point de vue ) en vélo et aussi randonner.

Là bas la mer, elle n’est jamais très loin.


Pour nous accueillir au départ de notre balade, ce liège qui sèche patiemment, les habitants de ces régions furent les pionniers dans le commerce et la transformation du liège.


C’est une campagne vallonné très sauvage, abandonnée de toutes cultures car difficile sur ses pentes abruptes et pour notre société. Pas assez rentable mais le productivisme à oublié que le paysan à aussi un rôle important, celui d’aménageur du paysage.

Ici nous respirons la nature!


Nous traversons quelques hameaux fantômes et c’est vraiment une ambiance bizarre que de passer entre ces maisons en ruines où il est facile de s’imaginer la vie des paysans, le chien aboyant, le chat se prélassant au soleil, le coq chantant et la chèvre nous observant au regard attendrissant.



Des objets sont encore là, poser comme si le propriétaire n’allait pas tarder à revenir.


Reste quelques irréductibles habitants à l’âge certain qui ont été atteind par le monde moderne. Antenne parabolique ( a gauche sur la photo) côtoye ces temps anciens.


Les habitants de ces hameaux ont construit ces murets, à chaque fois que nous en croisons nous ne pouvons nous empêcher d’avoir un mélange de sentiments d’admiration, de respect. Il émane de ce lieu quelque chose d’indescriptible surtout quand ils sont dominés comme ceux ci par des colossaux chênes liège,

on s’y sent bien et nous allons poser sur un muret la noble partie de notre corps afin de nous donner l’énergie nécessaire pour terminer en forme notre circuit.


Plus surprenant encore sur ces pistes plus ou moins carrossables des panneaux d’indication routier

il est vrai qu’il serait facile de se perdre et nous apprécions l’efficacité du balisage de notre PR et l’aménagement de certain gué.

L’eau vagabonde est imprévisible et le gué sera de fortune.

La bruyère arborescente borde le chemin et lui donne un air de printemps que nous apprécions.


Nous prenons toujours du temps à contempler la finesse, la délicatesse et perfection des fleurs, cela nous rapelle que la vie est extraordinaire, la nature organisée en symbiose et philosophons sur la question de la création du monde….


Tiens à ce sujet à la sortie de Cabeça do Velho la crèche communale. Son originalité et son esthétique nous oblige à la mémorisé numériquement.


Si peut être l’enfant Jésus était protégé par le boeuf et l’âne j’adore cet oranger qui se met sous la protection du roi, du maître de la forêt le chêne.


Nous apprécions toujours le système de randonnée qui selon le niveau des randonneurs permet d’effectuer plusieurs boucles puisqu’elles se raccordent.

On trouve ces cartes pratique dans les offices de tourisme

Nous aurons parcourus autour de Parises les trois boucles pour un total de 20 kilomètres en 4 heures avec un D+ de 592. Pas de chemin technique mais prévoir de bonnes chaussures, traversée de ruisseaux en cette saison.
Le soir une petite ville nous souhaite de bonnes fêtes.

Ces belles journées en cette Algarve paisible sont des cadeaux à apprécier!

Merci!!

Et d’autres nous attendent….

2 commentaires sur « Parises et son PR 2 »

  1. Sympathique page de photos et commentaires bucoliques. J’ai marché dans cette région par un hiver très froid, et je confirme que les maisons ne sont pas vraiment adaptées à des t° négatives… Brrr… Mais il est tout aussi vrai que le soleil est déjà chaud en janvier-février en Algarve 🌞 !
    Merci de nous faire voyager ainsi, ce sont des bons souvenirs qui reviennent !
    Amitiés, Thierry

    J'aime

    1. Salut Thierry

      Bucolique le mot juste de cette campagne et ces hameaux.
      Ce sentiment ressemble à un appel à rester à s’éterniser en ces lieux et ce remplir des parfums mais aussi du calme.
      Derniere nouvelle le confinement arrive au Portugal au moins jusqu’à la fin du mois.
      Bien amicalement
      Pascal

      J'aime

Les commentaires sont fermés.