Escapade dans la sierra Nevada: tourisme inhabituel !

Nous partons de Trevelez et rejoignons le village de Pampaneira réputé pour être l’un des plus beau village d’Espagne.

Il se trouve dans le fond d’une vallée et est dominé par les villages

de Bubion et Capileira.

Nous rendre en véhicule dans chacun des villages pour y déambuler, prendre quelques photos et surement boire une bière n’a pas vraiment d’intérêt.

Vous l’avez compris dans ma réflexion avec le Mulhacen pour apprécier la beauté il faut un effort.

Nous avons repéré un sentier de randonnée qui surplombe des gorges et depuis Pampaneira rejoint Capileira.

Nous laissons pour l’instant Pampaneira et partons allègrement sur ce sentier.

Nous traversons un torrent qui effectue une belle cascade pour partir dans des gorges étroites.

La sente rapidement s’élève en virages serrés, le soleil l’illumine et dès le matin, il chauffe à blanc le fond de vallée. Nous sommes loin de la fraicheur des cimes et il faut nous acclimater.

Pampaneira se découvre niché dans son écrin de verdure.

Toujours Pampaneira et le sentier illuminé de soleil.

Mais quel est donc cet arbre

avec un si beau tronc ?

Un murier platane utilisé pour l’élevage de vers à soie.

Je n’en avais jamais vu, comme quoi le voyage forme la jeunesse 😉 et nous en croiserons de nombreux.

Mais que peuvent-ils bien faire ici, abandonnés à leur sort?

L’Espagne fut occupée par les Maures, ce n’est pas un scoop. En l’an 740 des tribus Syriennes viennent s’installer dans la région et pratiquent le sériciculture. Celle-ci dura pendant toute l’époque Mauresque jusqu’au XVI ème siecle. D’ailleurs les villages que nous visitons ont gardé de cette époque l’architecture et surtout les façades blanchies à la chaux. Les églises étaient des mosquées.

Mais revenons au murier..

Le murier platane, un arbre impressionant

Ces fruits gorgés de soleil m’attirent.

Ils sont surtout gorgés de jus et le fruit éclate au moment où on le cueille. A ma grande surprise il est délicieux aucune comparaison avec les mûres de nos régions, en tout cas nous nous en délectons.

Par cette chaleur, elles sont sucrées et quand même rafraîchissantes. Le jus coule de partout, les mains se colorent et malgré notre vigilance, nos vêtements seront légèrement décorés.

Heureusement je suis torse nu, mon tee-shirt sera épargné.

Satisfaits de cette découverte, nous repartons, mais pas pour longtemps, car nous voici impressionnés par la danse amoureuse de deux papillons qui vont retenir notre attention quelque temps.

Se sentier fleuri attire une multitude d’insectes, mais je reviendrais plus longuement sur la faune et la flore de la Sierra Nevada.

Nous sommes aussi impressionnés par la majestuosité des châtaigniers. Ils sont en pleine floraison et l’air est inondé de leur senteur forte agréable.

Je vous présente la fleur mâle qui s’érige et se dresse comme il se doit…

La fleur femelle est, à la base, d’une couleur légèrement rougeâtre. La plus part ont déjà été fécondées, mais je suis arrivé à en trouver une.

Déjà de petites châtaignes émergent.

Mais voici Capileira qui se découvre.

Nous traversons un écrin de verdure, de l’eau descend de la montagne par une multitude de rus. C’est luxuriant et dans ce cadre une multitude d’oiseaux nous partage leurs concerts.

Toute cette eau nous permet de récupérer des mains un peu moins colorées et surtout moins collantes. Il est impossible d’avancer sans nous arrêter rapidement pour observer une fleur, écouter le chant d’un oiseau ou encore admirer un papillon.

Ils n’aiment pas se laisser photographier et pourtant ils sont somptueux.

Face à nous, une agriculture en terrasse fut menée pendant des siècles:

  • Les romains ont amené la vigne.
  • L’époque mauresque fut d’une grande richesse agricole.
  • Qui s’est poursuivie jusqu’aux portes du XX ème siècle.

Surtout de l’arboriculture dans se climat pas trop froid en hiver, chaud en été et l’eau de la montagne en abondance.

On trouve une variété incroyable de fruitiers, qui sont pour la plupart abandonnés, au nom de la rentabilité. Alors que ce monde moderne possède le matériel qui permettrait de travailler avec beaucoup moins de fatigue ces terres opulentes. Notre système préfère arracher la forêt amazonienne et faire venir par bateaux des tonnes de céréales, fruits, etc.

Je pourrais en raconter sur l’absurdité du système agricole mondial. J’ai été en Bolivie rencontrer des paysans, ils cultivent sur des hectares du quinoa pour l’Europe et les petits paysans on été envoyé dans les mines.

Rentabilité !?!?!? Folies oui !!!

On devine les terrasses de cultures.

Enfin nous arrivons à Capileira et pour notre journée de détente nous avons gravi 500 mètres. Alors la faim nous tenaille et nous trouvons un restaurant à l’écart du centre touristique où les prix sont corrects. Encore une fois un peu de persévérance, ne pas hésiter à monter une trentaine de marches d’escalier et nous voici sur une terrasse avec une vue incomparable. Surprenant on voit la cuisinière descendre au jardin chercher salades et œufs, plus frais cela va être difficile à trouver !

On trinque à la vie !

Voici l’originalité des toitures et surtout la particularité des cheminées.

Que nous retrouvons en miniature décorant un garde fou d’une ruelle.

Les maisons blanches créent une ambiance agréable de douceur ; les pieds de vignes grimpant pour faire une couverture des terrasses ne sont pas tout jeunes.

De nombreux endroits, comme celui-ci, où l’on retrouve des banc pour palabrer dans la fraicheur.

Et au milieu des rues de petits canaux pour laisser s’écouler l’eau de la montagne.

Ruelle de Pampaneira

Enfin notre journée se termine, nous sommes satisfaits et un peu partout chez nous.

Nous dégustons jambon et vermouth acquis dans un magasins de producteurs locaux.

Et d’ici quelques jours le départ pour de nouvelles des cimes s’érigeant vers les cieux !

Nous retardons un peu notre départ des orages sont annoncés sur les sommets.

4 commentaires sur « Escapade dans la sierra Nevada: tourisme inhabituel ! »

  1. Salut,

    Merci pour le partage. Et oui dans le prochain post je parlerais encore des dégâts de l’homme dans cette nature.
    Sur notre info commentaire tu es désigné comme quelqu’un, c’est dommage que l’on est même pas un prénom.
    Encore merci
    Amicalement
    Pascal

    J’aime

  2. Merveilleuse nature,que les hommes detruisent parfois pour le profit toujours et encore … Merci pour vos belles photos ,et le
    partage du spectacle des lieux de l’amour des paysans pour leurs terres

    Aimé par 1 personne

  3. Magnifique balade en moyenne montagne, j’adore vos photos et vos commentaires sont instructifs. Un rêve de bohème, pour de vrai ! Merci de votre esprit de partage pour ces villages et paysages de piémont, évidemment superbes. Thierry

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s