GR 15 2 ème journée

De la crête où nous avons bien dormi, le ciel annonce l’arrivée du soleil. La journée va être belle.


Hier au soir nous avions arrêté notre marche plus tôt que prévu, nous connaissons bien les phénomènes météo et il était évident que la vallée du fleuve allait être prise dans la brume.
Cela nous permet d’avoir des jeux de lumières sublimes.


Les moutons se soucient plus de notre passage que des reflets scintillants du fleuve avec la brume, nous trouvons qu’ils donnent une belle vie à ce paysage avec leurs clochettes.


Nous voici le long du Guadiana, il fais plus frais et plus humide mais cela ne nous empêche pas d’admirer ces vergers d’oliviers centenaire que nous allons traverser sur plusieurs kilomètres.


L’olivier dégage du respect et quand on l’observe apporte de la sérénité.


Une grimpette nous permet d’accéder au miradouro do Pontal qui nous offre une belle vue sur le fleuve.


Les montagnes n’étant pas très hautes sur une journée de marche nous aurons 326 mètres de dénivelé mais les montées sont raide dans le pentu , c’est ce qui nous attend pour rejoindre Marmeleiro.
Avant d’y arriver nous parcourerons environ huit kilomètres dans cette campagne sauvage et silencieuse.


Voici Malmeleiro, niché sur le flanc de la montagne avec ses maisons blanches paisible. Quel calme, on aurait envie de s’y poser, nous prenons le temps de rêver.


L’on se rend compte que la plus part de nos congenaires sont dans la course et le bruit.
Et quand ils ont un moment de détente, de loisirs c’est pour écouter une musique aux volumes élevés ou se rendre dans une fête ou il vont encore être agressé par du bruit à haut volume.
Mais quand le silence?
Quand le temps de se poser et de rien faire?
Juste observer se laisser imprégner par le calme et la sérénité!
Cela fait peut être peur d’entendre ce qu’il y a dans son coeur!!😨
Et pourtant n’est ce pas ce qu’il y a de plus beau!🤩

Le bon pain au levain, il lui faut une première pousse puis après un nouveau pétrissage une deuxième pousse pour enfin cuire doucement dans un four à bois et terminer craquant et goûteux sur votre table


Nous profitons de ces instants de plénitude, en repartant un panneau d’affichage nous informe qu’au mois de mars il y a dans ce tout petit village le festival de la contrebande.
De l’autre côté du fleuve l’Espagne et comme dans de nombreuses régions frontalières à travers le monde il y eu une periode où la contrebande proliférait.
Cette fois-ci le chemin descend entre monts et vallées. En face de nous le village Espagnol de Sanlucar de Guadiana avec son fort prêt a défendre la frontière.


Dans chaque village il y a moyen de se restauré pour des prix très correct, c’est interessant cela évite de transporter trop de nourriture.
Depuis le temps que nous longeons ce fleuve et voyons des pêcheurs nous allons manger local.
Fritures d’anguilles, délicieux, un bon dessert avec une bière chacun et un café notre facture va se monter à 32 € pour les deux.


Le chemin traverse la dernière partie dans la region Algarve qui nous fera emprunter sur une dizaine de kilomètres l’ancien sentier des gardes frontières qui servait à lutter contre la contrebande.


Nous dominons d’une vingtaine de mètres le fleuve et le sentier n’est pas large pas le droit à la glissade.
L’Espagne nous nargue inondée de soleil alors que nous sommes à l’ombre.


Le paysage est tellement agréable, aucun bruit si ce n’est le bêlement de moutons.
Les bateaux se mirent dans l’eau et nous trompe l’oeil en tentant de nous faire croire qu’ils ont un frère siamois.


En face donc, l’ Espagne et le village de Puerto de la Laja, ville minière. Ces murailles qui font penser à des fortifications faisaient parties du port minéralier très important dont le proprietaire était Saint Gobain.


La fraîcheur du soir arrive il est temps pour nous de trouver un coin pour monter notre cabane. Pour ce soir, nous nous installerons au milieu d’un chemin qui parait peut fréquenté juste au dessus du Guadiana et de l’embouchure du ribeira Vascão.


Nous verrons demain si nous pouvons le traverser et arriver dans la région Alentejo.
En attendant un beau feu pour terminer cette belle journée avec comme hier 24 km et demi dans les guibolles