Direction la Sierra Nevada à vélo! Étape 4

Une journée incroyable!

Certe les paysages furent splendides, mais ce soir nous trouvons le monde formidable, suivez- nous !

Se dévoile à nous de petites routes de campagne bien calme et c’est divin de déployer sa puissance dans une ambiance sereine.

L’importance de l’eau.

Nous avons un principe :

  • nous ne remettons jamais à plus tard notre approvisionnement en eau, car l’idée d’avoir 6 kg en plus à déplacer ne nous dérange pas.
  • L’eau est trop importante dans le voyage à vélo, surtout avec les chaleurs que nous avons.
  • Inutile de prendre le risque de se retrouver avec du stress en fin de journée, car nous ne trouvons point de ravitaillement.

On ne connait jamais vraiment bien notre route, par exemple hier après-midi nous avons parcouru 40 km sans voir une source ou un village avec une fontaine. D’ailleurs nous constatons que la sécheresse doit être importante en Andalousie, car de nombreuses fontaines dans les villages sont à sec.

Nous approchons de Santa Olalla del Cala, son imposant château nous salue.

Quelques achats pour nous sustenter quand la faim va nous tenailler. Dans cette région de la Sierra Norte, le cochon est roi. Il vit en plein air, mais nous le retrouvons sous des formes bien appétissante..

ou savoureuse, tel ce jambon bien gras.

Mon expérience d’éleveur de porc plein air, me permet de vous dire que c’est du bon gras. Je m’en suis repus et je n’ai jamais eu de cholestérol.

Mais nous reprenons la route, le soleil est déjà haut dans le ciel et les petites routes de montagne nous gratifies d’un peu d’ombre.

Nous voici à Almaden de la Plata, une place ombragée par des voiles va nous accueillir pour le repas de midi, ainsi qu’une pause bien méritée.

Aucune indication à la sortie du village pour la suite de notre parcours… Maps-me nous indique bien la route mais elle est barrée. Nous revenons au village et un premier cadeau de la vie se présente: une fontaine qui veut bien libérer ce précieux liquide qui nous est tant utile : l’eau ! Toutes les autres étant taries. Nous complétons ce qui fut utilisé lors du repas.

Mais notre belle histoire n’est pas fini, car à ce moment un véhicule s’arrête et le chauffeur nous demande où nous voulons aller. Laetitia lui donne le nom du prochain village que nous devons traverser et il nous explique la route à emprunter. Ce qui est amusant et l’on reconnaît le machisme Espagnol, l’homme s’adresse à moi qui ne pipe mots, je le regarde comme si je comprenais, mais mes oreilles sont celles de Laëtitia qui enregistre tout. Il nous prévient que la route est très difficile.

Cette deviation nous fera parcourir au moins 30 kilomètres de plus, ce qui représente une demi journée de vélo vu le dénivelé du terrain. Mais lors d’une pause nous bénéficions d’un concert de clarines qui nous transporte et nous apporte autant que les plus grands airs de Faust… n’en déplaise à la Castafiore ! Revisité vos lecture de Tintin !

Nous allons passer l’après-midi sur une petite route de montagne où les doigts d’une main suffisent pour compter le nombre de véhicule que nous voyons.

Mais en attendant nous apprécions ce paysage de moyenne montagne, où la route serpente avec une inclinaison régulière. Et nous offre au détour de chaque col des paysages enchanteurs.

Laetitia repère un 4×4 qui nous double, certainement que sur ma bicyclette je rêvasse. Elle le repère encore mieux quand dans un virage il est en face de nous et s’arrête. Le chauffeur s’adresse à nous, je laisse mon interprète préféré se dépatouiller. Laetitia me traduit ce qu’elle vient d’entendre et qui la abasourdie !

Cet automobiliste lorsqu’il nous a doublé, s’est inquiété pour nous, a fait demi tour et est venu vérifier que nous ne nous sommes pas tromper d’itinéraire. Il nous informe que la région est déserte, la prochaine ville à plus de 20 km et la nuit va bientôt arriver. Laetitia le rassure et nous en sommes pantois, mais réjouis.

Et d’un large sourire nous nous disons que le monde est beau, au delà de toutes ces histoires d’anti vaccin, anti pass… alimenté par la gente politique il y a sûrement encore plein de personnes comme cet homme avec un coeur Humain !

Il est vrai que peu de personnes peuvent s’imaginer que nous pouvons avoir de l’enthousiasme à rouler dans ces zones désertiques, avec de belles côtes… c’est dans cet environnement, quand en fin de journée nos muscles expriment leurs puissances, mais aussi leur fatigue que nous nous pamons de la vie qui coule en nous.

Enfin une idée nous anime:

la vie est belle!

nous savons que nous trouverons ce qu’il nous faut pour la nuit et moins il y a de monde et mieux c’est pour notre santé !

Un virage et une nouvelle surprise, ici au milieu de nul part la statut d’un loup

face au point culminant de cette sierra le  » Padrona « .

A la tombée de la nuit entendrons-nous le loup ??

Sur la carte nous avons repéré ce barrage..

Il sera notre lieu bivouac, une baignade va bien nous rafraîchir car il a fait très chaud.

Nous sommes dans un palace avec un panorama remarquable et paisible,

fauteuils pour notre souper.

Le silence. Quoi de mieux, pour nous ? Rien!

La nuit arrive, un banc de cormoran au milieu de l’eau se chamaille, des poissons sautent pour saisir le moustique, un héron lance son cri, le grillon chante l’arrivée de la fraîcheur, au loin des vaches meuglent, un chien aboie, ont- ils senti le loup ?

Une légère brise fait bouger les feuilles d’un eucalyptus, les étoiles comme l’éclairage public s’allume chacune leur tour ; la voie lactée illumine le ciel comme un fin filament, la nuit se met en place et nous nous abandonnons aux rêves de cette belle journée.

Étape de moyenne montagne avec une succession de cols à la pente s’élevant entre 5 et 7 % sur quelques kilomètres. Belle entraînement pour la Sierra Nevada.

La journée se termine avec

86 km et 1284 m de D+.😅

Un commentaire sur « Direction la Sierra Nevada à vélo! Étape 4 »

  1. Cette fois-ci, çà ne rigole plus: vous entrez dans le dur de ce que vous aimez, les efforts, la chaleur et les immenses solitudes loin de l’agitation.
    Belles expériences de bivouac, je vous envie !
    Amitiés
    Thierry

    Aimé par 1 personne

Les commentaires sont fermés.