Direction la Sierra Nevada à vélo! Étape 5

A notre réveil, le soleil qui est encore couché, illumine les nuages et nous profitons pleinement des jeux de lumières.

Petit déjeuner sublime sous un ciel azur de l’Andalousie.

Nous avons très souvent du mal à quitter ces lieux et le matin nous aimons prendre notre temps.

Notre journée ne vas pas être nerveuse, dès le matin il s’est mis à faire très chaud et pendant plus de 20 kilomètres la route est en piteux état. Non seulement ce n’est pas roulant et l’effort à fournir est plus important, mais il faut une grande concentration pour éviter les nombreux trous. Heureusement peu de circulation ce qui nous permet de choisir la partie la moins abîmée.

Nous passons Cazalla de la Sierra et la seule chose qui retient mon attention c’est l’azulejos suivant,on se demande bien pourquoi…

Lentement nous quittons la montagne et son importante diversification d’élevage.

Nous voici à Constantina où l’on observe l’architecture Andalouse avec les balcons et des rues pavées qui font le malheur des cyclistes.

A la sortie de cette ville, un panneau d’information sur l’organisation des canaux. Depuis la montagne, l’eau est acheminée puis stockée dans un grand réservoir puis redistribuer pour l’irrigation des cultures.

C’est facile quand on a sa traductrice personnel. On a les moyens que l’on se donne!

La route que nous empruntons est d’un calme inimaginable, mais cela nous va bien et nous permet d’observer un vol de vautour.

C’est incroyable le calme qu’ils nous procurent intérieurement. Les autres animaux que nous observons bougent et cela provoque un bruit, des oiseaux souvent lancent leur cris.

Les vautours dans leur vol plané se déplacent avec douceur, lenteur et silencieusement. Sauf si vraiment ils se rapprochent on entend le vent dans leur ramure.

Malgré que nous soyons sur une route; il y a eux, nous et le silence.

Cela nous amène à parler à voix basse pourtant à l’altitude où ils sont il ne vont pas nous entendre. Mais c’est une histoire de respect de l’instant.

Nous avons l’aubaine d’en voir se poser à la cime d’un arbre.

Chaque jour nous observons ou écoutons des animaux et c’est ce lien avec la nature qui nous délivre une grande stimulation: L’observation et l’émerveillement.

Pour ce soir, à nouveau un barrage pour nous accueillir,

Un bon bain, un repas avec le coucher du soleil et une fois la nuit arrivée, au loin on entend le brame du cerf🦌. Comme hier, les poissons sautent de l’eau 🦈pour se gargariser de moucherons ou autres insectes,🦟 les grillons chantent🦗 et les étoiles illuminent le ciel,🌌 tout est en ordre nous pouvons aller dormir.😴

Alors qu’au milieu de la nuit, j’ai quitté mon doux duvet pour un pipi pressant, des cris stridents et aiguës fendent les ténèbres! L’animal n’apprécie guère notre présence, ce cri donne le frisson.😲 Il semble bien qu’ils soient plusieurs. Ce ne sont que des renards qui sont gêné par notre présence, peut être nous sommes installé proche du sentier leur permettant d’aller s’abreuver ? C’est pas une raison pour en faire toute une histoire Madame, monsieur le canidé du genre Vulpes !

Je retrouve vite le sommeil, nous avons besoin de repos après une étape de 78 km pour 831 m de D+.

Un commentaire sur « Direction la Sierra Nevada à vélo! Étape 5 »

Les commentaires sont fermés.