Andalousie à vélo : La Sierra Nevada étape 2

Le pico Veleta 3396 mètres

est la route la plus haute d’Europe qui mène à un sommet, si on peut nommer cela une route

  • Le dernier kilomètre est un bon sentier de randonnée praticable pour les VTT.
  • Quand aux derniers 150 mètres, c’est un sentier de roche
  • Ceux qui montent leur vélo jusqu’au point géodésique le porte sur cette distance.

A ne pas confondre avec :

le col de la Bonette 2802 mètres

Situé dans les Alpes en France qui se targue d’être la route la plus haute d’Europe et qui est praticable par tous véhicules. Voici donc une concurrence entre ces deux sites.

Cependant, il est facile de les discerner et d’éliminer toute ambiguïté. La Bonette est un col permettant de passer d’une vallée à une autre. Que nous avons gravis par deux fois, mais cela est une autre histoire, voulez vous la connaître ?

Pour ne pas créer de conflit:

la Bonette, le col le plus haut d’Europe

le pico Veleta, la route la plus haute d’Europe !👍

Dans la vie, souvent nous nous retrouvons face à une difficulté et il est tellement simple de se mettre dans un canapé pleurer où se vautrer devant la télé.

Dans notre cas, il aurait été facile de nous arrêter et rebrousser chemin. Nous aurions pu nous donner toutes les bonnes raisons avec de solides arguments sur ce volte face. Mais intérieurement il y aurait toujours eu un vide que l’on aurait combler à mon avis par des sentiments négatifs. Alors fiers de nous, nous amorçons..

La descente qui s’effectue très doucement sur cette piste

Puis nous reprenons des forces devant ce panorama.

Le vent se lève et la masse nuageuse cache le soleil, la température chute rapidement et pour la suite comme la route est en meilleur état nous allons prendre de la vitesse il faut avant toute chose nous couvrir. Trois couches pour le torse, un pantalon et des gants sont nécessaires.

Des neiges éternelles dans la Sierra Nevada ? Non la montagne ne nous a pas rendu fou. Dans des recoins de roche bien exposés au nord, il y a des petites plaques de neige qui ne disparaissent pas. Le dernier glacier quand à lui a disparu en 1913.

11 kilomètres sont réservé aux vélos et piétons.

Sur certaines parties défoncées de la route nous mettons pied à terre. Pour le reste nous profitons d’une belle descente sans risque de voitures en sens inverse.

Nous pouvons couper les virages et prendre de la vitesse.

Quand nous arrivons au parking la chaleur est revenue et nous nous offrons une belle récompense:

une gaufre chocolat pour Laetitia et des Churros pour moi.

La poursuite de cette descente n’est plus qu’un grand moment de plaisir. 20 kilomètres avec un beau revêtement, juste à se laisser glisser et écouter le vent siffler dans les oreilles. Quelques petits regards sur le paysage.

Un au-revoir au pic Veletta

Nous allons rejoindre notre coin de bivouac de la veille, mais il nous faut penser à notre ravitaillement en eau. Un torrent nous offre son eau clair et fraîche, la douche à la bouteille sera froide, mais va nous remettre en état.

Belle soirée, cela fait 10 heures que nous avions quitté ce coin tranquille et nous revenons avec une énorme satisfaction.

Souper…..

Bonsoir madame la lune

Ce matin c’est un réveil où il est difficile de mettre un mot sur notre sensation; peut être la plénitude, accompagnée d’une allégresse et d’un puissant sentiment de satisfaction.

Et voici notre point de vue au petit déjeuner 🤩

Notre journée vélocyplédique commence par une belle descente, mais mon frein arrière réagit anormalement et fait du bruit,un virage à plus de 50 km/h je sens la roue arrière chasser !!

Je m’arrête. La première chose que je constate, il y a de la gomme sur le cadre et les sacoches…

Le patin c’est usé plus que de normal. Avec Laetitia nous regardons le frein mais elle sent quelque chose d’anormal dans la roue arrière. On l’a fait tourner en roue libre rien de bizarre, si ce n’est que Laetitia lui trouve un peu de jeu.

Elle resserre l’axe, après un léger coup de clef, un beau  » crac  » et celui-ci casse!

Quand j’y repense, je descend à plus de 50 km/h et j’aurai pu perdre ma roue à la moindre bosse avec une chute spectaculaire et un lit d’hôpital à la clef ?!

Alors se plaindre car les choses se compliques ? Sûrement, c’est une choses que j’aurais effectué il y a bien longtemps quand je n’avais pas encore une certaine réflexion sur la vie et un regard sur ses signes. Je me serais insurgé contre tous les saint des cieux, je me serais lamenté en disant que la malchance me poursuivait.

J’aurais gâcher des instants de ma vie, de la vie de l’autre, des instants de vie perdu à tout jamais !

Aujourd’hui, je dis merci la vie, merci de m’avoir rendu attentif, merci à Leatitia d’avoir touché cette roue.

Nous avons parcouru 7 km et il en reste 14 kilomètres jusqu’à Grenade, il ne m’est plus possible de rouler. Laetitia arrive à bloquer la roue pour que je puisse pousser. Et nous partons à pied à un bon rythme en une heure nous avons parcouru les 7 km qui nous sépare de la banlieue de Grenade.

A ce moment Laetitia ce rend en ville à vélo en me confiant son chargement j’attend bien sagement sur un banc son retour avec la pièce salvatrice !

La réparation s’effectue en bord de trottoir,

Tout est bien qui fini bien,nous aurons perdu 4 heures peut être 5 ? Qu’est ce que cela représente sur une vie ? Tout c’est bien passé dans la bonne ambiance.

Soyons attentifs au signe de la vie et celle-ci nous sourit.

Dans la colère ou l’agacement on devient aveugle et sourd.

Nous repartons, il est presque 14 heures et au bord d’une rivière nous nous trouvons un espace sympa pour le repas. Cette rivière a des reflets magnifiques.

Son eau est très très fraîche, mais nous sera bien utile pour une vaisselle lapidaire et un bon bain de pied.

Si nous voulons avancé un peu il nous faut repartir, car nous aimerions être à Guadix pour mardi. Des orages sont annoncés.

La route de montagne que nous empruntons est très calme et nous abordons un barrage dans un milieu très minéral.

La route se dresse, une belle côte qui n’en fini plus, nos muscles nous rappellent que nous les avons déjà bien sollicités hier. Mais ils sont sympa et répondent présent à l’inclinaison de 7% du terrain. Nous ne nous y attendions pas et on comprend mieux la difficulté, nous voici au passage d’un col.

La descente nous fait passer dans des gorges impressionnantes

Avec des roches ciselées, ayant parfois des formes humaines…

Un visage…

Moi j’y vois une main gantée…

Et un masque à l’époque de l’épidémie de la peste…

A force d’observer ces falaises magnifique surprise ! Des chamois nous observent et s’amusent avec une aisance époustouflante.

La route nous réserve encore quelques bosses, et nous nous retrouvons dans un décor de western,

il est 19 heures, un verger d’olivier se présente à nous pour notre nuit et nous assistons à un lent et somptueux levé de pleine lune !

Belle journée physique

53 kilomètres dont 7 à pied, pour un D+ de 748 mètres.

Demain on suivra de près la météo, car nous ne voulons pas nous lancer dans des cols à plus de 2000 mètres avec du mauvais temps.

Tous les jours en observant la nature elle nous offre des cadeaux.

Les pages de notre blog vous plaisent alors n’hésitez pas à le partager et à le faire connaître et encore mieux: vous abonner. Merci !

(Nous avons eu l’information qu’un certain nombres d’entre vous ne peuvent nous envoyer de messages, on va s’en occupé et l’on vous tiens informé)

3 commentaires sur « Andalousie à vélo : La Sierra Nevada étape 2 »

    1. Merci Martine. Puisque tu parlais de coïncidence. Nous avons amené au Portugal une caisse de livres. Avant de partir en vélo je choisis un livre que je voulais relire.
      La mort est un nouveau soleil d’Élisabeth Kubler-Ross. Et en l’ouvrant grande surprise de voir ta dédicace, tu l’avais offert à Françoise le 26-08-99.
      Je le relis et elle nous dis tant de chose importante.
      Merci. Bises

      J'aime

  1. Plus haut, plus fort, plus loin, de vrais athlètes du bitume pour ce bien beaux reportages. Merci beaucoup de nous faire partager vos rêves de bohême !
    Amitiés, Thierry

    Aimé par 1 personne

Les commentaires sont fermés.