Andalousie à vélo : derniers tours de roue en Espagne ,étape 20

Hier au soir, à la nuit plusieurs véhicules passent sur la piste non loin de la tente. Et ce matin, le chauffeur d’un 4×4 s’arrête pour nous demander si nous avons dormi là, si cela s’est bien passé et si nous n’avons besoin de rien, il nous a vu hier au soir… Le monde est si simple.

C’est peut être l’adoration ou la vénération que nous avons fait en voyant le puissant astre du ciel se lever qui fait que nous croisons beaucoup de gens sympas.

Nous voici en bord de mer, une rambla, du monde qui se promène, d’autres sont au terrasse de cafés. Nous allons doucement pour profiter de cette ambiance balnéaire. On a plutôt l’impression d’être en juillet vu la chaleur et le monde qu’au début du mois d’octobre.

A ce moment on ressent que nous avons vraiment la belle vie et c’est une forte émotion qui nous envahit.

Ces petites cabanes de pêcheurs n’ont pas été rasées au profit de villas ou d’immeubles comme cela c’est fait dans de nombreux endroits.

Nous voici sur la via Verde du littoral qui sillone entre des marais.

Ce n’est pas avec de tel piste que nous allons augmenter notre moyenne, mais elle donne envie de chanter ceci :  » Quand on partait de bon matin. Quand on partait sur les chemins. A bicyclette.  » Chanté par Yves Montand.

Nous voici à Ayamonte dernière ville espagnole, séparée du Portugal par le Rio Guadiana. Nous avons le temps et voulons encore profiter de cette Espagne où nous venons de passer tant de belles journées. Laetitia a une petite larme à l’œil, car elle aime cette langue et la parle de plus en plus facilement. Notre camp de base n’étant pas très loin de la frontière je pense que nous viendrons faire de fréquentes immersions.

Pour nous rendre au Portugal le pont franchissant le fleuve à l’architecture futuriste est interdit aux vélos. Il nous faut attendre le milieu d’après midi pour le ferry.

Lors de notre tour d’Europe nous avions franchi le fleuve ici comme aujourd’hui pour rejoindre le Portugal que l’on découvrait. A ce moment là jamais je pensais que notre lieu de résidence deviendrait le Portugal.😃🥰

A l’époque nous n’avions pas pris le temps de visiter Ayamonte, nous allons remédier à cela. Voici tout d’abord une place très accueillante.

Dans les rues quelques belles bâtisses

La place de la mairie, des azulejos et des fleurs.

Et une belle architecture Andalouse.

Nous ne pouvons quitter l’Espagne sans déguster une sangria et quelques tapas, cette attente est bienvenue.

L’heure du ferry a sonnée et nous refaisons les mêmes gestes et peut-être des photos ressemblantes a celles du 15 février 2020.

Nous nous retrouvons avec d’autres cyclos : un Allemand, un Luxembourgeois et un Italien.

Et nous accostons a Villa Real de Santo Antonio au :

Notre premier objectif trouver de l’eau, c’est facile quand on connaît les lieux. Un regard sur l’estuaire du Guadiana.

Et nous repartons tranquillement, pour ce soir nous sommes décidé de nous offrir notre dernier bivouac en bord de mer. Surtout profiter d’un lever de soleil sur l’océan. Notre objectif ne sera pas de fixer le compteur mais de bien observer l’environnement pour trouver un lieu idéal.

Et après quelques tours de roues le voici. Il est encore tôt alors une fois n’est pas coutume nous faisons bronzette, pas grand monde pour observer notre bronzage de cycliste qui n’est pas très esthétique. Souper sur la plage

Coucher de soleil

Et montage de la tente dans la forêt de pins juste derrière les dunes

Demain notre dernière étape, elle va nous et vous réserver des surprises ….🤔 Car nous ne pouvons pas faire dans la simplicité !😉

On se glosse des chiffres quand on fait de belles étapes, alors j’ai aussi le courage de vous dire que ce 10 Octobre nous avons parcouru :

34 km pour 59 m de D+🤣.

Une journée de repos en quelques sortes.

4 commentaires sur « Andalousie à vélo : derniers tours de roue en Espagne ,étape 20 »

  1. Excellente chute bien amusante, après tous les dénivelés que vous avez alignés dans la Sierra Nevada ! A vous lire, on ressent bien une petite pointe de nostalgie à l’idée de quitter l’Andalousie, mais vous y reviendrez nous faire découvrir d’autres coins de paradis superbement ignorés des tour-operators… seuls des cyclotouristes en forme et aussi bien organisés que vous pouvez rendre compte de patelins plus étonnants les uns que les autres ou de sommets que l’on ne voit que d’en bas (à la playa) ou d’en haut (par le hublot d’un jet).
    Alors merci pour le partage d’expérience et de souvenirs ! Le plaisir est pour nous les lecteurs.
    Amitiés, Thierry

    Aimé par 1 personne

Les commentaires sont fermés.