Nouvel an en Algarve à vélo ! On savoure..

Même si nous avons passé le nuit proche de la route, ce fut bien calme. Nous passons le village de  Marmelete et c’est une sacrée descente qui nous attend. Un grand coup de frein car au détour d’un virage ce profil devant nous un panorama pour lequel nous roulons depuis trois jours.

Et derrière nous le massif de Monchique.

Après des courses à Alzejur et un ravitaillement en eau nous filons en direction du sud par la nationale qui rejoint Lagos. C’est l’horreur les voitures roulent très vite et s’écartent très peu de nous. Nous sommes le plus à droite possible, l’un derrière l’autre et certain arrive à nous klaxonner. L’automobiliste ne devient-il pas égocentrique une fois au volant de son monstre en métal ? Est-ce si difficile de vivre les un avec les autres dans le respect ? Ne serait-ce pas l’un des objectifs de notre présence sur cette planète ?

Quel soulagement quand nous quittons la nationale et encore deux fois plus soulager quand nous nous retrouvons sur une toute petite route au revêtement catastrophique mais enfin tranquille.

Un petit panneau nous apporte une grande joie.

Et oui nous croisons à notre grande surprise l’euro vélo route 1 qui rejoint le Cap-Nord, en une seconde, ici du coeur de l’Algarve nous nous retrouvons dans le nord de l’Europe. Nous avons emprunter particulièrement cette route en Norvège.  En ce moment nous préférons être ici qu’au delà du cercle polaire.

Quelques kilomètres plus loin en suivant cette route mythique, voici un troupeau de vaches avec leur cloche et là aussi c’est un moment intense de ravissement.

Nous nous disons qu’en définitive il ne nous faut pas grand chose pour nous rendre heureux. Mais justement n’est ce pas ce peu de choses qui est le plus appréciable et le plus grand des cadeaux, qui reste dans l’obscurité pour de nombreux humains aveuglé par l’avoir ?

Nous approchons de la mer quand s’offre à nous un spot incroyable pour notre repas.

Pour ce midi devant l’immensité de l’océan notre repas se compose des pâtes à la crème avec du parmesan, un morceau de fromage et du chocolat. Le déjeuner terminé, mes yeux se perdent dans le bleu de l’océan, je me pose cette question pas anodine en ce 31 décembre : 

Qu’est ce que cela signifie manger quelque chose de bon ?

Car j’estime que nous venons de faire un bon repas.   » Le bon repas  » dépend-il de la qualité ou de l’ambiance, de l’environnement et de notre état d’être dans lequel nous le mangeons?

Je n’ai pas de réponse, à chacun de trouver la sienne. Pour moi c’est cela la liberté, interpeller et permettre à chacun de trouver ce qui est juste pour lui.

Pour le plaisir de conter ; un jour je fut inviter à manger une choucroute au champagne dans un restaurant renommé de Strasbourg. L’ ambiance entre les convives était délétère. Je peux vous dire que malgre la qualité du met ce ne fut pas un bon repas que j’ai eu de grosses difficultés digérer. Normal puisque je ne digerais pas ce qui avait été raconté pendant le diner.

L’après-midi, nous partons à la recherche de « notre spot » afin de passer un réveillon de rêve pour nous.

Pour trouver un bel endroit, cela demande de la persévérance, une dose de courage avec quelques grains de folies. Mais la folie dans la vie c’est le poivre et le sel en cuisine et on ne la regrette jamais.

Nous poursuivons sur l’euro vélo route 1 qui se transforme en piste, mais bon présage elle se dirige vers la mer.

Une intersection sur notre gauche, la vélo route 1 se prolonge, mais s’éloigne de l’océan. Une deuxième piste pour randonneur prend la direction de la mer mais…il y a un grand mais car elle très sableuse et il va être impossible de pédaler.

Dans nos habitudes, nous ne faisons que rarement le choix de la facilité, car nous savons par expérience quand allant vers ce que nous nommons la difficulté qui n’est simplement qu’un instant où il faut fournir une once d’effort, le résultat est magique.

Nous parcourons 500 mètres à pousser durement nos vélos dans un sable où ils s’enfoncent allègrement.

Un doute nous envahit, la difficulté est importante et nous ne savons pas si nous allons trouver ce que nous recherchons. Alors nous laissons nos vélos et partons en reconnaissance.

On décide que si l’on découvre un lieu où l’on peut dire trois fois : ouf ! Quelque soit l’effort à fournir c’est notre lieu !

Le chemin se prolonge, le sable est épais et l’on ne voit pas de possibilitées de bivouac. On continue perplexe, la lande autour de nous est agréable, de la bruyère commence à fleurir, pas très loin le bleu de l’océan dont on commence à entendre le mugissement des vagues. Une piste part sur notre droite et se dirige directement vers l’immensité des flots.

Nous arrivons au sommet de falaises c’est fou la beauté du lieu. Ouf, ouf, ouf ! C’est bien ici que nous allons passer notre réveillon.

Nous partons chercher les vélos et débutons une belle scéance de poussage. En longeant des pins, l’on ramasse des branchages afin d’avoir du bois bien sec pour notre feu.

Enfin arrivons à notre spot, Laetitia dit : « c’est extraordinaire, c’est exactement ce dont je rêvais. »

Nous commençons notre installation tout d’abord trouver le lieu où planter la tente.

Puis trouver du bois et enfin le lieu où nous allons réveillonner. Le vent est très fort et fraîchit avec le coucher du soleil il nous faut un coin à l’abri de celui-ci. Un buisson va nous protéger nous avons un panorama époustouflant!!

Commençons les festivités par une bière, mais vu la hauteur des falaises pas d’abus un faux pas serait fatal.

Le feu est lancé et nous allons passer une soirée de fête dans la simplicité, mais la beauté de l’univers.

Les éléments sont tous présents : l’eau, l’air, le feu, la terre et nous sommes relié à eux. La voûte céleste est magnifique, notre regard s’hypnotise par la danse des flammes

Être juste là, ensemble, un repas simple avec des aliments que nous aimons et une bonne bouteille de vin. Nous venons de passer trois jours formidables sur nos vélos, nous avons une belle forme physique, vécu de beaux bivouac que pouvons nous souhaiter d’autre ?

Si ce n’est belle et douce année à l’image de cette soirée.

Que les braises de l’amour de la vie ne s’éteignent jamais.

Au premier jour de l’an neuf quoi de plus sympathique que cette vue et une tranche de pain grillé sur les braises qui nous attendaient.

C’est la période des voeux, le plus beau voeux que l’on puisse faire est celui-ci :

L’essentiel c’est de savoir où l’on veut aller en acceptant que le chemin puisse nous mener ailleurs.

En exemple je peux vous donner le premier jour de l’an qui vient de se terminer, nous voulions découvrir le sud Portugal, visiter, randonner… Au printemps nous avions programmé un voyage à vélo en direction des pays Baltes. Reconfinement, rien de tout cela arrivé et j’ai écrit, nous avons passé tout notre temps au Portugal en dehors d’une incursion d’un mois en France. 9 mois après mon livre est porté par une maison d’édition. Un chemin différent tout aussi beau et riche.

C’est cela la vie ! Ne pas se plaindre ou maugréer, accepter le présent pour réussir son avenir.

Ce matin il nous faut parcourir dans le sens inverse les 1,300 km dans le sable avec une difficulté en prime: ça monte légèrement.

Nous trouvons la solution, nous poussons a deux un vélos sur une distance, revenons sur nos pas pour chercher le deuxième vélo. Cela nous prendra une petite heure et notre première rencontre de l’année sera avec un couple de randonneur Hollandais bien sympathique. Nous aimons la vie et sommes heureux de cette belle matinée !

Nous continuons la piste dans un décor de rêve.

C’est aussi cela le vélo tous chemins (VTC) , rouler sur route, franchir des cols, traverser des villes, fournir un effort sportif, s’aventurer dans des paysages époustouflant et faire du tout terrain !

Nous allons flémarder le long de cette côte aux falaises découpées et aux vagues développant des rouleaux, dont la crête propulsée par le vent en de magnifiques nuages de gouttelettes provoquant un mini arc en ciel. Le miracle de la nature, sa force, sa beauté offert gracieusement à notre regard .

Une trentaine de kilomètres au compteur, ce soir on ne peut se complaire dans l’extase du lieu et en plus avaler la route avec gourmandise. Nous constatons qu’en ce premier de l’an les automobilistes sont bien sympathiques, nous avons droit à de la vigilance et de nombreux signes de la main. Serait ce dû à notre état intérieur qui provoque un environnement paisible.

Pour ce soir notre objectif est de trouver un bivouac à l’abri du vent, car il souffle de plus en plus fort et passe de frais à froid. Les températures dans la journée furent estivales dès que le soleil se cache le vent fait frissonner.

Nous nous blottissons dans des pins proches de la musique de l’océan.

Prêt pour l’aventure d’une nouvelle année ?

Alors partons à la découverte !

Il suffit de suivre les premiers pas !

feliz ano novo e próspero

4 commentaires sur « Nouvel an en Algarve à vélo ! On savoure.. »

    1. Merci Thierry, à toi aussi plein d’aventure, de voyage et de joie.
      C’est vrai que nous avons passé le réveillon que nous souhaitons.
      Mais tout nos bivouac furent géniaux lors de ce périple. Là je t’écris de notre dernier bivouac, vraiment à découvrir.
      Voici une semaine que nous sommes les rois du monde !
      Très amicalement
      Pascal

      J’aime

  1. J je vous souhaite mes meilleurs vœux 2022 à tous les deux et surtout la santé et j apprecie beaucoup vos randonnées merci beaucoup pour ce partage et bon courage

    Aimé par 1 personne

    1. Salut Thierry,

      Une belle année à toi aussi et de nombreuses aventures.
      Plus je partage et plus je me rend compte que c’est une richesse pour les lecteurs et pour moi.
      Comme je prend du plaisir et surtout je me rend compte que voyager c’est bien mais c’est encore mieux de partager.
      Alors encore de nombreuses belle lecture.
      Amicalement
      Pascal

      J’aime

Les commentaires sont fermés.