Escapade dans la Sierra Nevada : Cerro de los Machos

Dans ce cadre magnifique nous avons dormi comme des loirs.

Les jeunes cabras ont fait un peu les fous hier au soir autour de notre campement, mais n’oublions pas que nous sommes installés sur leur terrain de jeu.

L’aube est là, et quoi de plus grandiose que d’ouvrir ces yeux à ce moment, même les cabras dorment encore.

Brr!

Nous sommes à 2880 mètres et si nous l’avions oublié, la température nous le rappelle!

Vite un café et admirons ce spectacle qui se prolonge avec l’illumination des crêtes taillées comme des dentelles qui nous dominent.

Et c’est reparti pour une belle journée de marche.

Le matin, le pas est comme le sac: léger. Après cinq heures de marches tout est plus lourd? sauf le cœur !

Il est amusant de se dire que nous ne savons pas exactement où nous allons passer, combien de temps va durer notre marche et combien de mètres allons nous gravir ou descendre.

Nous savons juste que nous avons rendez-vous avec le Cerro de Los Machos que je vous présente.

Nous n’avions pas prévu d’emprunter ce sentier, mais hier au soir nous avons vu des randonneurs s’y engager. Il est bien tracé et il nous évite de remonter sur la piste où nous étions hier. Nous allons contourner plusieurs crêtes et croisons encore de belles lagunes.

Nous voici face à une paroi dont la pente est idéale pour les Cabra Montes, mais où passe donc notre sentier?

Nous nous habituons peu à peu à ce système espagnol où rien n’est balisé, où il ne faut pas trop se poser de questions et simplement avancer. Alors allons-y et faisons-nous confiance !

Notre sentier va sortir au pied du sommet tout à droite.

Avant de nous engager sur les escarpements, un regard derrière nous et qu’une seule sensation : que la montagne est belle !

Cette fois nous sommes engagées, concentration et effort s’impose dans un environnement où nous sommes souverains.

Les montés sont raides, on évite de porter le regard vers le bas, l’attraction du vide nous demande une grande vigilance.

Nous sortons de ce passage fiers de nous et plus fort qu’avant. Nous voici sur une éminence que nous n’escomptions pas faire tomber dans notre escarcelle de sommets.

Le Veta Grande 3023 mètres d’altitude.

Voyez ce paysage, c’est notre aire de jeu.

Nous nous y attachons et avons la sensation que c’est inépuisable.

Chaque jour de nouveaux sentiers nous apparaissent et nous donnent envie d’y déposer nos sabots ; de nouveaux sommets nous sollicitent ou nous invitent.

Face à nous, le Veleta nous montre sont petit frère inférieur de 65 mètres, de loin cela parait bien plus important.

Il serait trop simple de pouvoir nous y rendre directement et gagner un sommet se mérite, alors pour cela il faut descendre…

Descendre, mais vraiment descendre bien bas…la montagne veut mesurer notre persévérance!

Et surement gouter à notre sueur qui va perler de notre front et tomber dans cette rocaille. Elle nous dit :  » vous m’aimez, alors prouvez le moi, observez le chemin que je vous réserve avec encore quelques belles surprises avant de lever les bras de la victoire! »

En jaune le Veleta, flèche verte où nous devons nous rendre avant de passer là ou se trouve la flèche rouge.

Et la montagne nous ramène à notre humilité : qui sommes-nous nous dans cette immensité ? Que représentons nous ? Ne serions nous pas des fourmis et ne devrions pas vivre avec modestie, discrétion et simplicité ? N’est-ce pas une des leçons de ces grands espaces ?

Faut-il avoir de l’humilité pour réussir ?

Cette fois, nous voici au pied des parois de celui qui se laisse admirer depuis Grenade, il est surnommé  » la chandelle », le pico Veleta.

Le tunnel du Veleta, mais qu’est ce ?

Sous la flèche entrée du tunnel

Découverte des sommets de la sierra Nevada dans les années 1750. C’est une découverte contemporaine par rapport aux Alpes.

En 1920 l’homme ambitieux veut rejoindre les sommets et la route de l’Alpujarra par une voie ferrée, il commence a forer un tunnel. Heureusement que des évènements arrêtent la folie des humains arrivistes et orgueilleux si non… Ouf nous l’avons échappé belles et nous pouvons profiter sereinement de ce lieu et des lagunes que j’observais depuis le sommet hier. Nous y faisons une petite pause reprise de force avant…

..que le sentier remonte raide dans la pente et les cailloux, la sueur va couler !

Et il n’y aura guère de répit avant le sommet

Il est là-bas !!

Et enfin nous y sommes le Cerro de Los Machos et ses 3329 mètres d’altitude.

Notre objectif est réussi nous en sommes à notre seizième sommet à plus de 3000 mètres.

Après avoir réussi, nous pensions retourner à notre camp de base l’Ecopark au Portugal pour nous investir dans une autre activité.

Mais nous sommes amoureux de ce massif, alors nous allons encore y rester pour continuer à nous amuser, à découvrir et un jour nous nous en irons pour d’autre lieu !

Pour l’instant nous sommes seuls au monde

Et quoi de mieux que…

L’extase, l’émerveillement et la contemplation !

Depuis ce promontoire où nous sommes seuls avec le vent, nous apercevons une partie de notre itinéraire d’hier et lieu de bivouac de cette nuit.

En rouge le col avant la lagune Caldera, orange le Juego de Bolos et en vert notre lieu de bivouac.

Et nous observons avec grande satisfaction le parcours de notre randonnée avec les trois bivouacs du 25 au 28 juin.

Rouge notre arrivée sur la crête par le Puntal de Los Cuartos, orange Puntal de Vacares, vert l’Alcazaba et bleu le plus haut le Mulhacen.

Mais revenons à l’instant présent, car il est midi bien sonné et l’estomac cri famine ; alors voici notre coin cuisine :

N’importe quel repas est délicieux à cette altitude ! C’est aussi cela la vie, apprécier la simplicité, apprécier ce qui nous est offert et dans l’instant avoir conscience que tout est parfait.

Coucou que faites vous-la ?

Et nous aurons même droit à une têtée devant nous a plus de 3000 !

Cette fois-ci, il faut penser à redescendre.

Et c’est d’un bon pas après deux heures de marche que nous retrouvons notre fourgon. Les yeux et le cœur sont remplis de tous ces moments, ces émotions que je tente de mon mieux de vous partager. Et déjà dans nos têtes nous pensons à la prochaine rando. Au futur sommet…

Nous terminons cette journée avec :

  • 26 kilomètres
  • 938 m de dénivelé positif
  • 1230 m de descente.

En deux jours nous avons parcouru :

  • 37 kilomètres
  • 2538 de dénivelé positif
  • 2530 de descente.

Nos pieds et nos jambes vont être heureux de se reposer une journée.

Mais pour l’instant nous apprécions notre sentiment de satisfaction d’avoir réussi notre projet :

  • 16 sommets à + de 3000.

Des désert de cailloux au sommet ressemblant à des ballons, nous terminons toujours dans le minéral, mais avec des sentiers vertigineux et des falaises avec de grands à-pics.

Nous vous réservons encore des surprises, nous même nous ne savons pas encore tout ce que nous allons faire, alors je vous attend régulièrement sur ce blog toujours avec ce plaisir de partager ces paysages.

N’hésitez pas à vous abonner et à nous laisser un petit message.

C’est avec grand plaisir que je constate que vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire. Il y a quelque mois nous avions sur rêve de bohème une centaine de visite jours et en ce moment cela varie de 200 à 500 visites/ jours.

Merci à vous !


Et si vous désirez en découvrir plus sur notre chemin de vie, nos voyages à vélo et plus encore;

Mon prochain livre «  Lever de soleil sur la vie  » vous apportera des réponses.

Je vous invite à me soutenir dans ce projet en participant à la prévente du livre.

Et oui je sais que certain n’apprécie pas ce système, mais quand on est petit et inconnu il faut en passer par là. Alors je compte sur votre soutien et votre aide.

Avançons ensemble !

4 commentaires sur « Escapade dans la Sierra Nevada : Cerro de los Machos »

  1. Ola!Encore un beau récit et des images à couper le souffle.0n se croirait sur une autre planète.Bravo à vous d’avoir réalisé ce rêve et de nous le faire partager.

    Aimé par 1 personne

  2. Message émouvant pour nous. L’aventure va encore un peu continuer car ces montagnes nous ont envoûtées. Nous serons vigilant pour vous faire encore participer à nos escapades. Dans tous les cas merci !
    Bien amicalement
    Pascal

    J’aime

  3. On approche du nirvana ! Les photos sont extraordinaires, belles et explicatives, les commentaires sont clairs et modestes, on vous suit pas à pas, c’est vraiment une aventure que vous nous offrez dans ce blog. Bluffant ! Attention, ne prenez toutefois pas de risques, on vous aime bien et on en veut encore. Merci, Thierry

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s