Escapade dans la Sierra Nevada, vers un objectif original.

Ce matin, nous partons randonner avec comme but un lieu que nous avons la curiosité de découvrir.

A la sortie de Capileira, nous descendons fortement pour franchir le rio Poqueira au puente Chiscar. Puis le sentier remonte sur le versant faisant face aux trois villages.

Le plus à gauche Capileira, au milieu Bubon et en bas Pampaneira

Heureusement que nous sommes partis, comme à notre habitude, bien avant que le soleil chauffe avec sa puissance ces côteaux, car le sentier s’amuse de nos jambes. Nous sommes partis de 1470 mètres pour descendre vers 1200 et nous remontons jusqu’à 1700.

Et voici l’altitude 1555 mètres et son décor…

Il y a ici des fermes en ruines, indéniablement un chemin y montait, cette voiture n’est pas arrivée par les airs. Mais peut-être un jour, où l’homme aura conscience de son inconscience, elle reprendra ce chemin improbable pour nettoyer le lieu.

Face à cela, nous sommes piégés entre de la colère ou de l’affliction. Parfois l’on se dit que notre place n’est pas dans cette société où le respect du beau, de la majestuosité, de la perfection, de la sensibilité n’existe plus.

Quand je vois le nombre de visites sur notre blog « rêves de bohème »,

je me dis que nous ne sommes pas les seuls à regarder notre environnement avec émerveillement.

Nous continuons notre ascension et voici deux chênes tubéreux, soeurs, frères ou frère et sœur ? L’essentiel ; ils nous accueillent.

Même si il n’est que 10 heures nous avons faim et écoutant notre corps nous lui donnons pitance.

Toujours notre amour pour ces êtres majestueux que sont les arbres. Lisez  » la vie secrète des arbres  » de Peter Wohlleben et les arbres, les forêts deviendront pour vous aussi des endroits magiques !

Enfin, nous arrivons à notre objectif du jour :

Un centre bouddhiste perché à 1400 mètres d’altitude.

Nous garderons le silence en respect du lieu, c’est un peu comme si nous visitions une cathédrale. La différence c’est qu’ici il y une recherche d’harmonie avec la nature.

Nous ferons quand même tourner le moulin à prière dans un état de concentration et d’accord avec nous mêmes.

Je m’étais intéressé au bouddhisme et pour moi c’est une philosophie de vie, mais ici on retrouve l’idée d’adoration, de vénération d’êtres imaginaires.

Nous préférons mille fois vénérer la cathédrale de la nature,

la régularité du fonctionnement des planètes,

la puissance, la grâce et la perfection de la petite fleur.

Nous pensons que si il y a quelque chose de plus grand, de plus puissant que nous, c’est là qu’il se trouve.

Nous allons effectuer un arrêt relativement long, car il fait vraiment très chaud. Cela me donne du temps pour vous dire ce que le patron du restaurant où nous nous régalons, un enfant de Capileira nous a dit :

 » Cela fait maintenant deux ans que durant l’été des lagunes sont asséchées dans la montagne. Pour d’autres, le niveau d’eau est très bas et apparaissent des rochers qu’on n’avait jamais vu. »

Actuellement, ces chaleurs qui s’abattent sur toute l’Europe devraient interpeller chaque habitant de la planète. Agissons par de petits gestes avant qu’il ne soit trop tard et que ce soit des lois gouvernementales, bien souvent ubuesques, qui nous impose des restrictions qui vont révolter une partie des foules.

La sagesse ne serait-elle pas dans la prévention ?

Nous nous rapprochons de Capileira, ces villages construit par les Maures dans les années 800 sont accrochés à la montagne. L’altitude moyenne est de 1500 mètres, mais l’écart entre le bas et le haut du village est d’environ 200 mètres.

Ce sont aussi les Maures qui ont institué tout le système agricole en terrasse avec les canaux pour l’irrigation. Mais depuis que je sillonne la région une chose m’intrigue, ce sont les toits plats des maisons.

Ces villages se situent entre 1000 et 1700 mètres d’altitude, il doit y avoir de la neige! Ou alors c’est un micro climat exceptionnel et il n’y a pas de neige ? Si Si! il y a de la neige. Comment les toits résistent-ils à son poids ?

Dans ma région, l’Alsace où les villages sont nettement moins haut en altitude, les toits sont pointus pour que la neige glisse et que la charpente ne casse pas avec le poids de celle-ci. Il en est de même dans toutes les montagnes. Dans les Vosges, j’ai vu, durant des années neigeuses, des hommes dégager des toits avec la pelle à neige pour aider la charpente à résister.

Mais alors comment cela se passe t-il ici ? La question me turlupine. Pas de neige ? beaucoup de neige ? Laetitia va faire mon interprète pour pauser les questions au patron du restaurant.

Cet enfant du pays nous raconte que lorsqu’il était plus jeune, il y avait beaucoup de neige de 30 à 50 centimètres. Maintenant avec le dérèglement climatique, c’est comme partout il y en a de moins en moins. L’hiver passé environ 5 centimètres.

Conclusion : des toits plats peuvent résister à des poids de neige, même quand celle-ci atteint 30 centimètres d’épaisseur ou plus. Et l’on peut s’imaginer qu’il y a quelques centaines d’années l’épaisseur de la poudreuse était plus importante. Alors ce que l’on m’avait appris est-il faux ?

Les Maures avaient une technique de construction où ils entrelaçaient des madriers en bois de châtaigner avec de grosses pierres et du torchis. Très résistant !

J’en reste époustouflé, mais satisfait de comprendre.

Au passage, j’apprécie la particularité des cheminées.

Par ces chaleurs un cerisier bien garni va répondre à notre impérieuse besoin de rafraichissement.

Nous retrouvons le puente Chiscar et l’eau de haute montagne, par ces chaleurs, nous attire. Nous avons devant nous 250 mètres de dénivelé à grimper, après cette descente vers le rio notre corps est à la limite de bouillir. Alors sans attendre, nu comme le ver de terre, nous prenons un bain tonifiant !

Cela nous permet d’effectuer cette montée de deux kilomètres de manière très dynamique.

Cette région à une particularités pour laquelle je n’ai pas eu de réponse, mais les portes pour entrer dans les jardins, vergers ou parcours à bestiaux sont construites avec d’anciens sommiers!

Voilà encore une belle journée de découverte, de réflexions, d’informations et à notre grande surprise, également sportive, car nos jambes nous ont portées pendant

19 kilomètres 520 pour 1150 mètres de montée et 1100 mètres de descente.😅

Nous allons nous diriger vers l’est de la Sierra Nevada pour découvrir de nouveau lieux, villages et sommets.

Restez avec nous, mettez un j’aime, envoyez-nous un message ou abonnez-vous.

A très bientôt !

Découvrir les dernières informations

sur la sortie de mon nouveau livre:

2 commentaires sur « Escapade dans la Sierra Nevada, vers un objectif original. »

  1. Salut Thierry,

    Nous avons déjà remarqué dans les montagnes portugaises proches de notre camp de base il y a plusieurs centres bouddhistes. Nous nous étions informé il paraîtrait que le sud de la péninsule Ibérique serait sur zone d’énergie positive. Et comme nous sommes curieux on voulait voir, mais on a vu personne pour avoir plus d’infos.
    L’histoire des sommiers portes, nous à bien fait rire et on voulait vraiment le partager. On aurait pu faire un reportage sur tous ceux que nous avons vus.
    A bientôt pour d’autres découverte.
    Bien amicalement
    Pascal

    J’aime

  2. Curieux centre bouddhiste dans cette région, un tantinet incongru mais pourquoi pas ? Vous avez toujours l’œil pour attirer notre attention vers un lieu original ou un détail amusant – comme ces vieux sommiers réemployés pour les enclos -. Bien belle randonnée dans une vallée perdue de la sierra. Les villages ont conservé leur origine mauresque: les mêmes se trouvent dans le Rif, juste en face.
    Merci pour ces belles évasions, amitiés, Thierry

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s