Portugal à vélo : l’Alentejo

Nous avons quitté la nationale 2 hier et nous prenons la direction du sud-est pour rejoindre Evora. Le long de la route un imposant troupeau de vaches avec un taureau impressionnant.


Ici l’élevage est très extensif les troupeaux on des parcours immense. De ce fait les bêtes sont peureuses à l’approche de l’humain.

Nous voilà au village de Pavia, il y a une originalité a ne pas rater. Au centre du bourg un dolmen datant de trois siècles avant J.C. , au XVIIe siècle il fut transformé en chapelle.

La route sillonnant entre les parcs d’élevage planté de chênes liège et vert nous amène à Arraiolos, ville réputé pour la fabrication de tapis. Son entrée nous en averti.

Le château situé sur un promontoire est difficile d’accès ; en vélo cela nécessite d’emprunter une route pentu et pavée, pour une fortification très en ruine. La vue à 360 ° est belle mais le château n’a aucun intérêt.

Nous faisons une promenade en ville, quelques échoppes de beaux tapis et une fresque remémorant les anciennes méthodes de coloration.

Un bâtiment rappelant une période florissante avec au premier plan le pilori.

Et enfin un panneau lumineux amusant.

Nous reprenons la route et le soleil réchauffe allègrement le fond de l’air, pour nous une chose importante le ravitaillement en eau. Le plus facile au Portugal c’est dans les stations service.

Enfin Evora, ville magnifique.

La fontaine en marbre des 8 becs correspondant aux 8 rues quittant la place Giraldo.

La ville est inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO. Et lors de notre voyage aux deux extrêmes de l’Europe nous y étions passé.

Dans mon livre  » Cheminer du rêve à la vie à vélo  » voici ce que je dis sur Evora.

« Évora, tu nous as amenés à pratiquer l’art délicat qui marie flânerie et rêverie. En toi, il faut se perdre et se retrouver, croiser et recroiser son chemin, sur ta colline avec ta blancheur, tu nous as livré ton cœur, ton charme et ton élégance, mais aussi combats et douleurs ».

En attendant nous allons nous régaler d’un plat local  » la miga » vous en trouvez de toute sorte celle ci est au porc.

Nous attendons la fin des fortes chaleurs dans un parc où se pavannent des paons. Puis repartons pour une vingtaine de kilomètres. Le problème dans l’Alentejo c’est que tout est bien clôturé dû a cet élevage extensif, pour le bivouac ce n’est pas évident. Nous finissons par trouver une piste qui longe une voie ferrée, mais pas vraiment d’endroit pour nous installer. Après plus d’un kilomètre sur un très mauvais chemin un espace bien plat assez grand pour nous entre un grillage et le chemin. Cela nous sied parfaitement. Beau coucher de soleil sur les chênes,

belle nuit à la belle étoile ; mais le jour est déjà là, debout Laëtitia!

Spectaculaire lever de soleil toujours avec les chênes. Mais c’est l’heure de repartir.

Ce matin il fait doux 16° et le temps est un peu brumeux, cela donne ce spectacle :

Avec la vitesse le vent est frais et nous avalons les kilomètres.

À Viana do Alentejo, nous nous ravitaillons à une belle fontaine ; il est indiqué « eau non contrôlée », mais nous savons que dans ces villages c’est de l’eau de source et aux nombreuses étiquettes traînant au sol , cela nous démontre que les gens du cru viennent aussi s’approvisionner.

Une charmante place nous invite à prendre un café et la fontaine en marbre attire toute mon attention.

On continue jusqu’à Alvito où un imposant château féodale est transformé en hôtel de luxe devant lequel trône le pilori.

Mais il nous faut encore rouler avant les grosses chaleurs de l’après-midi. Cette fois-ci nous abordons de belles collines qui nous offre de jolis panoramas.

Et nous sommes sur une route bien intéressante…

Les vignes nous cernent sur des coteaux ce qui rend la route accidentée. Nous reviendrons faire cette route en camping car et prendrons le temps de la dégustation car nous aimons le vin de l’Alentejo ( visitez notre rubrique gastronomie, nous en présentons quelques uns ). À Vidigueira nous avons noté un lieu de dégustation, de plus cette ville semble charmante.

À vélo, avec les 36° C ambiant impossible de boire de l’alcool surtout quand face à nous se trouve une ligne droite de 4,5 kilomètres.

Nous passons le Rio Guadianna,

Les vignes sont maintenant remplacées par d’immenses vergers d’olivier et nous arrivons à Brinches après 82 km. Il est 14h30, il est temps de nous restaurer et d’effectuer la pause chaleur pour repartir vers 17h30.

Grande surprise quand nous arrivons à Serpa, une imposante fortification nous invite à prendre le temps d’une visite malgré l’heure avancée.

Pour rentrer dans le coeur de la ville fortifiée il ne reste que deux portes sur les cinq existantes.

A l’intérieur du village le tracé des rues s’ouvrent sur de grande place où cohabitent architecture médiévale, mauresque et chrétienne.

Un aqueduc Italien voûté rejoint le château.

Après cette visite fort intéressante il est plus de 19 heures, il nous reste une heure pour trouver notre coin de bivouac. La route est très montante nous approchons de la serra du guadiana. Les kilomètres défilent et des deux côtés de la route il n’y a que des clôtures. Dans ce cas ne pas s’énerver, garder confiance tout arrive à point.

Le sommet d’une côte, la clôture sur notre gauche n’existe pas et un chemin de terre s’enfonce et s’éloigne de la route. Après 200 mètres nous voici sur un promontoire qui domine tous les alentours. Lieu idéal, magnifique.

Une douche à la bouteille, un casse croute

et nous bénéficions d’un flamboyant coucher de soleil.

Et aussi d’un lever de l’une

Satisfait de notre journée à tout point de vue : découverte et sportive, nous nous allongeons avec 110 kilomètres dans les jambes et 1061 m de D+.😴

Un commentaire sur « Portugal à vélo : l’Alentejo »

  1. 100 km par jour et plus de 1000 m de dénivelé, vous n’avez pas peur par ces fortes chaleurs et ces longs couloirs de bitume noir ! Je suis impressionné.
    Mais toujours bien intéressant de suivre vos journées de découvertes, renouant ainsi avec le rythme de grand périple européen.
    J’aime me mettre dans le sillage de vos souvenirs, impressions et images. C’est très plaisant !
    A bientôt,
    Amitiés, Thierry

    Aimé par 1 personne

Les commentaires sont fermés.