Via Algarviana. Rando 4 ème jour.

Journée sportive !

Nous en avons décidé ainsi ; voici plusieurs jours que nous frolons la barre des 30 kilomètres et cela nous taquine de la franchir.

Lors de cette étape nous passons à une dizaine de kilomètres de l’Ecopark notre camp de base, nous avons donné rendez-vous à quelques amies et amis pour le déjeuner.

Nous avons 21 kilomètres jusqu’à Parise,  petit bourg où se trouve un snack bar, parfait pour partager un repas.

Nous faisons un calcul simple 5 km/h soit 4 heures de marche les vingt bornes sont derrière nous. On rajoute quelques pauses ; on estime entre 5 et 6 heures pour atteindre l’objectif.

Une fois n’est pas coutume nous enclenchons le réveil à 5h30 sachant qu’il nous faut une bonne heure trente pour nous préparer, départ à 7heures. Et nous partons à 6 heures 56 !

8 kilomètres plus loin nous voici à Cachopo dans les temps prévus. Nous en profitons pour une collation au bistrot du village.

Palmier avec une crème d’oeuf au sucre

Nous repartons, ragaillardis et contents. On pourrait presque chanter  » Moi j’aimerais mieux un petit chapeau tyrolien pour faire moi itou…   »   

Nous avançons gaillardement, les hameaux accrochés au flanc des montagnes défilent.

Nous descendons dans des vallées et franchissons des rivières avec un peu d’eau.

Nous montons, descendons au même rythme qu’hier ; dans le fond d’un vallon dans un lieu reculé, nous découvrons un château au style maure bien entretenu. Aucune explication, ça reste une énigme.

Et nous poursuivons notre route réjouis par ce qui nous attend à midi. Le balisage laisse un peu à  désirer et à certain carrefour nous passons un peu de temps pour nous assurer que nous empruntons la bonne piste.

Nous sommes isolé dans les montagnes et nous voyons que la montre indique bientôt midi, nous ne savons pas trop où nous en sommes mais avec un peu de sens de l’orientation nous ne sommes pas aux portes de Paris ! Laetitia me reprend : Parise ! 😂

Enfin un panneau indicateur nous informant que nous sommes à 8 kilomètres de Parise alors qu’il est midi et que nous devrions être arrivé. Où est le hic ? Peu importe ! Malgré nos 20 kilomètres dans les jambes, il nous faut poursuivre encore sur 8 kilomètres. Le profil du terrain que regarde Laetitia n’est pas fait pour nous remonter le moral. Une descente raide, une montée speciale portugaise à nouveau une descente puis une montée identique à la précédente. Sachant que ces montées qui sont parfois des murs font bien 2 kilomètres.

Nous serons arrivés pour 14 heures. Un message au copain pour prévenir du retard et nous n’avons pas d’énergie à nous lamenter, rouspéter nous en avons besoin pour terminer cette étape matinale.

La dernière côte tire un peu dans les jambes mais nous sommes surpris de maintenir une bonne cadence. Même si un peu de lassitude se fait sentir, le moral est là et le mental motive les membres inférieurs.

Nous arrivons à 13 heures 50. Wim nous rejoint au bar du village quand au autres copains craignant une faim horrible dans les tourments d’un estomac hurlant comme le loup au coin du bois, sont parti dans un bourg un peu plus loin faire un repas de noces comme il nous diront.

Le snack du village ne fait à manger que sur réservation, nous aurons droit à un peu de fromage et du chorizo. Heureusement Wim a amener quelques victuailles et nous continuerons notre repas sur les tables de pic-nic du centre.

Nous terminons cette matinée satisfait de nous avec 28 kilomètres, c’est le jour idéal pour aller chercher les trente kilomètres.

Après cette pause agréable d’une heure et demie, nous repartons ; encore une descente casse patte puis nous remontons un vallon, surplombons une vallée de mimosa.

Le chemin monte faiblement cela nous convient parfaitement mais quand nous arrivons en fond de vallée, il accompagne la déclivité de la pente et se redresse indéniablement de plus en plus. Nous adaptons notre rythme à notre fatigue et nous montons doucement et surement.

Nous arrivons sur la crête et il y a un croisement, je vois sur ma gauche un renard se sauver. Laetitia me dit :.   

          – le renard nous à montrer où nous allons trouver le lieu de bivouac.

Et effectivement un peu plus loin nous trouvons une plate forme avec une vue magnifique

   

Nous aurons un coucher de soleil électrique 🤔

Nous avons parcourus 35 kilomètres pour 1020 mètres de D+.

Ce soir nous sentons la fatigue mais nous ne sommes pas éreinté ou K.O. Pour preuve j’arrive à écrire le blog. Mais nous sommes surtout très très content de nous et de notre forme physique.

Thierry me demandait combien pèse nos sac à dos la réponse pouvant intéresser d’autres lecteurs je le donne ici.

Mon sac fait 17 kg. celui de Laetitia environ 15kg. Jusqu’à aujourd’hui nous étions obligé d’avoir un peu de ravitaillement ne croisant aucune supérette. Pour la suite nous avons prévu de manger à midi dans des restos de villages et d’acheter le repas du soir au jour le jour. Cela doit nous permettre de gagner un ou deux kilo chacun.

Ce soir nous n’avons pas de crampes, pas de fatigue particulière si ce n’est les épaules et les plantes de pieds ( de Laetitia) qui nous font un peu mal. Ce qui semble normal, c’est le manque d’entrainement et cela va aller de mieux en mieux.

Je vous invite à revenir demain pour la suite de ce trek. 🙂

2 commentaires sur « Via Algarviana. Rando 4 ème jour. »

  1. Bonjour,
    Une longue itinérance comme la vôtre modifie la morphologie des pieds de Laetitia. Peut-être déjà une épaisseur de corne ? Je trouve vos paysages magnifiques. Une belle évasion !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s