Via Algarviana. Rando 15 ème jour.

Peut-on comptabiliser cela comme une journée de rando ? La fin comme le début ne sont que des demies journées, mais font parties du tout.

Cette nuit une belle averse, les gouttes de pluie sur la tente résonnent et me réveille alors que Laetitia à continué de dormir du sommeil du juste. Ce n’est pas désagréable d’entendre la pluie et d’être bien au chaud dans la cabane au fond de son duvet. Ce qui est le plus embêtant, c’est quand une envie de pipi arrive avec le bruit de l’eau et que j’attend longuement la fin de l’ondée. Le sommeil est bien perturbé, le choc des gouttes sur le toit cesse, ne perdons pas de temps vite dehors pour se libérer de ce besoin qui devient urgent. Chose faite, je replonge dans mon duvet et floc, floc les gouttes retombent de plus belle. Merci les cieux d’avoir compris mon calvaire !

Le concert oiselesque s’élève des taillis qui nous entourent, il est l’heure pour nous d’écarquiller les yeux. J’ouvre les portes de la tente, pas de lever de soleil coruscant ce matin, la ligne d’horizon est noyée dans une grosse masse nuageuse.

Petit déjeuner au lit, c’est le sort pénible du randonneur/ bivouaqueur ! Quelle belle vie quand même !

Enfin le soleil daigne faire son apparition et nous le remercions pour toutes ces belles journées qu’il nous a donné.

Et voilà, c’est parti pour nos dernières foulées. C’est d’un pas nonchalant que nous évoluons sur cette piste qui longe la mer où l’on observe depuis la falaise ce petit bateau de pêcheur qui après une nuit de labeur rentre au port.

Nous voici à Lagos et avant de nous plonger dans le brouhaha de la ville, des passerelles qui protègent le littoral nous permettent de rester encore un peu dans la nature.

Voici une haie de mimosas pour nous honorer de notre belle rando!

Observer une fleur de mimosa, c’est extraordinaire.

Nous approchons de la ponta da Piedade avec son phare.

La partie de cette côte est une merveille. Le travail des vagues, du vent et de la pluie, nous offre des sculptures, une féérie et pour moi tout cela va au-delà des mots. Emerveillons-nous !

Le plus incroyable ou amusant dans cette histoire c’est qu’à un jour près, cela fait deux ans que nous arrivions à Lagos lors de notre voyage à vélo.

Nous étions arrivé le 9 mars 2020 et le 10, pour fêter nos 10 mois de voyage nous avons laissé nos vélos pour faire une promenade guidée en canoë le long de cette côte. Ceux qui ont lu mon livre, peuvent se replonger dans la découverte de ce lieu à cette époque avec le joueur de cornemuse.

Si vous êtes au Portugal, allez à la rencontre de cette côte, elle est extraordinaire et en plus Lagos est une ville historiquement intéressante avec le premier marché d’esclaves, ses fortifications et sa zone piétonne dans la vieille ville.

La ville est à un jet de pierre, il va falloir nous rééduquer à une vie de non sauvage.

Encore que ce n’est pas facile, ce matin comme nous manquions d’eau impossible de se laver les dents, alors cette fontaine dans ce décor de l’époque mauresque est une belle salle de bain !

Cette fois-ci au revoir la solitude des magnifiques sentiers de l’Algarve… après 9 kilomètres voici la gare.

Direction Faro où Wim va venir nous chercher et retour à l’Ecopark ; nous allons reprendre une vie de sédentaire ce qui est parfois compliqué pour nous.

Enfin, Laetitia à l’aire heureuse et pourtant ce matin elle me disait : maintenant que mes pieds vont bien il faut s’arrêter. Je lui proposais de remonter la Rota Vicentina un peu plus de 200 kilomètres, je l’ai vu tanguer, hésiter ; elle me connait et elle n’avait qu’a dire oui et nous repartions. Elle avait un bon argument, la météo se dégrade pendant près d’une semaine et sur la côte ouest cela signifie grosse pluie et grand vent. Alors voilà on se retrouve dans le train.

Le bilan de ce périple :

383 kilomètres

7794 de D+

et 8002 de D-.

Gabrielle, Wim et Snoopy nous attendent à la gare et nous voici parti pour notre domicile portugais à l’Ecopark. À notre arrivée quelle surprise, nous avons droit non seulement à une haie d’honneur et des applaudissements mais nous attends aussi un apéritif avec comme suprême cadeau du munster ( fromage de ma région d’Alsace) sur des toasts. Accueil chaleureux et émouvant. Merci pour cette réception, merci pour les discours, merci pour tout. Ce fut touchant, émouvant.

Une belle amitié internationale s’est créée en ce lieu, les racines en sont l’énergie de Paula et Noberto, nous n’avons fait que les arroser pour qu’elle grandissent. C’est cela l’Europe, la vraie ; l’Europe de la Paix et de l’amitié.

Dans deux jours, j’édite un article de blog où j’exprimerai nos sensations accompagné d’un best of de photos.

Alors à bientôt !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s